Maladie

C’est une maladie bien curieuse,

Un mal de tête, un mal de cœur,

Une façon d’être malheureuse,

Mais de nager dans le bonheur.

C’est une peur de dire « je t’aime »

Quand on lui parle, lorsqu’on le voit,

Et cette manière d’y croire quand même,

Quoi qu’il arrive quand il déçoit.

C’est ces regards qui vont, furtifs,

D’un air de rien qui veut tout dire,

Ce sourire triste, ces yeux pensifs,

Et ces courts instants de délire.

C’est quand je ne vais pas chez moi,

Que j’ai été plus loin qu’avant,

Et que mon cœur explose de joie

Avant de s’effrayer, doucement.

C’est quand le soir fut merveilleux,

Que la matinée commence mal,

Lorsqu’on fait ces efforts furieux

Pour ne pas se rependre en râles.

C’est ces bêtises qui nous mènent loin,

Et dont on ne sait plus quoi faire,

De la dernière quelle est la fin ?

Je ne sais pas ce qu’il va faire.

C’est toutes ces questions qui ce posent,

Viendra-t-il, m’a-t-il regardé ?

Que se passera-t-il si j’ose ?

Et si c’était elle qu’il aimait ?

Ce mal j’en souffre plus que jamais,

Sans en connaître le remède,

Il me fait plaisir, mais m’effraie ;

Malgré moi lentement j’y cède.