Au bout des doigts…

Une main qui se tend

Et des doigts qui s’effleurent

Sous le soleil levant

Comme les pétales d’une fleur.

Une paume grande ouverte

Vers la voûte céleste

Comme une étoile offerte

À ceux qui se détestent.

Tends les mains et regarde

Le monde qui s’avance.

Aucune mise en garde :

Que de l’amour immense.

Deux bras qui s’ouvrent grand

Pour laisser s’échapper

Les ailes d’un oiseau blanc

Tout prêt à s’envoler.

Une goutte d’eau dans la mer

Comme un corps dans la foule

Qui s’offre à toute la terre

Et au monde qui déboule.

Tends les mains et regarde

Le monde qui s’avance.

Aucune mise en garde :

Que de l’amour immense.