A force de marcher seul, on oublie ce que veut dire "ensemble". Quand personne ne te guide, tu finis par trouver le chemin par tes propres moyens. A force de t'être perdu, tu finis par découvrir que l'inconnu n'est pas plus obscur que le connu. Quand personne ne daigne te rassurer, tu ne sais plus pleurer et la tristesse n'est pour toi qu'une routine. A force de voir les autres passer sans te jeter un regard, tu finis par ne plus les voir et tu oublies pourquoi tu es là. Quand le rêve est plus beau que la vie, que le monde ne t'offre plus ce que tu désires et que c'est ton imagination qui prend la relève, tu quittes un peu plus la Terre. A force de t'éloigner, tu reviens de moins en moins souvent. Qu'importe, si tu ne sais plus aimer les hommes. C'est fini, adieu, tu es mort.

    Mon ami, je te quitte. Plus rien ici n'est important pour moi.